logo cartelmobile.org
logo UFC-Que ChoisirFaites respecter tous vos droits avec
l'Union Fédérale des Consommateurs
Que Choisir
Association indépendante des fabricants, des distributeurs et de l'État
Mise à jour le 05/02/2010
actualités

La Cour d'appel de Paris vient de rendre sa décision dans l’affaire opposant l’UFC-Que Choisir et plus de 1500 abonnés à Bouygues Télécom. Rappelons qu’en 2005, après la condamnation des opérateurs téléphoniques pour entente par l’Autorité de la Concurrence, notre association avait mis à la disposition des victimes un outil leur permettant de calculer leur préjudice : le site cartelmobile.org. Faute d’action de groupe en droit français, nous avions informé les victimes qu’elles avaient la possibilité d’intenter une action en justice, soit toute seules, soit en se joignant à la procédure engagée devant le tribunal de commerce de Paris. Le 6 décembre 2007, le Tribunal de Commerce de Paris a estimé que la procédure contre Bouygues Télécom était irrégulière au motif que nous aurions fait une action en représentation conjointe déguisée et que nous aurions démarché les consommateurs pour les inciter à agir en justice en contradiction avec les règles de cette procédure.

Nous avons fait appel de cette décision avec plus de 1500 victimes. Par son arrêt du 22 janvier 2010, la Cour d’appel de Paris, contre toute attente, a confirmé l’analyse du Tribunal de commerce en prononçant la nullité de la procédure introduite par les victimes et notre association. Nous considérons que la décision des juges porte atteinte à plusieurs droits fondamentaux et notamment celui de la liberté d’agir en justice et de la liberté de choix de la procédure. Alors que nous avons opté pour une action dans « l’intérêt collectif des consommateurs », les juges ont estimé qu’il y avait un détournement de procédure et que l’action introduite était en réalité une action en « représentation conjointe » ; et, par une déformation des faits et des principes juridiques, la cour a considéré que notre association, par le biais du site cartelmobile.org et des informations transmises aux victimes, a démarché les consommateurs, ce que précisément les règles de l’action en représentation conjointe interdisent. Nous considérons que cette décision qui induit que nous n’avons plus la liberté de choisir le type de procédure que nous souhaitons engager est extrêmement préoccupante pour l’avenir. Nous avons déjà eu l’occasion de dénoncer les lacunes du système judiciaire français en ce qui concerne les possibilités pour un groupe de consommateurs de faire valoir ses droits. Nous avons en outre, toujours refusé d’utiliser l’action en représentation conjointe qui est pour nous une procédure très compliquée à mettre en œuvre et ne présente aucun avantage par rapport à l’action dans l’intérêt collectif des consommateurs que nous utilisons systématiquement depuis plus de trente ans (plus de 90 procédures dans l’intérêt collectif en cours chaque année).

Cette action en représentation conjointe a été présentée par les pouvoirs publics en 1992 à sa création comme l’action de groupe française. Il n’en est rien puisque seulement cinq procédures ont été engagées depuis sa création avec des résultats très décevants aux dires de ses utilisateurs. Ceci démontre incontestablement son inadéquation aux litiges de masse. Cet arrêt de la cour d’appel de Paris ne fait que nous conforter dans cette position. La cour nous impose d’opter pour cette procédure inadaptée, à l’instar des pouvoirs publics qui se retranchent derrière son existence pour ne pas adopter de véritable mécanisme d’action de groupe en France. Alors que de nombreux pays européens avancent sur ce sujet, la France piétine. Un mécanisme d’action de groupe vient d’entrer en vigueur en Italie ce mois de janvier, l’Europe réfléchit aux modalités d’un mécanisme dans le domaine de la consommation et de la concurrence et la France ne permet pas aux consommateurs de faire valoir leurs droits à réparation.

Nous n’entendons cependant pas baisser les bras et envisageons de former un pourvoi en cassation contre cet arrêt.

En savoir plus et agir
> lisez les décisions
> exprimez votre opinion
> alertez vos amis
> distribuez notre tract
> publiez notre appel
> consultez nos archives
> salle de presse
(réservée aux journalistes)
> modifier votre adresse électronique
> changez
vos coordonnées
(réservé aux plaignants)
© Goodshoot/AgenceImages
30 millions de Français
victimes des opérateurs :
manifestez-vous afin
que justice vous soit rendue !

L'UFC-Que Choisir, première association de consommateurs de France, invite chaque abonné au téléphone mobile à estimer son préjudice personnel, à lui apporter des témoignages et à soutenir son action.

Objectif : tirer les conséquences de la décision du Conseil de la concurrence du 30 novembre 2005.

     

Pourquoi cet appel ?
Saisi par l'UFC-Que Choisir, le Conseil de la concurrence a rendu le 30 novembre 2005 une décision par laquelle il condamne les opérateurs mobiles Orange, SFR et Bouygues Télécom pour leurs agissements illicites.

Il a été reconnu que ces trois opérateurs se sont entendus pour se répartir le marché de la téléphonie mobile, ce qui a eu pour effet de fixer les prix de détail à un niveau artificiellement élevé durant la période 2000/2002.

Au vu de la gravité de ces pratiques, le Conseil de la concurrence a infligé à ces entreprises des sanctions pécuniaires, pour un montant cumulé de 534 millions d'euros. Mais l'amende prononcée par le Conseil de la concurrence n'a pas vocation à indemniser les abonnés.

 

Quelle portée pour la décision
du 30 novembre 2005 ?

Le dommage à l'économie causé par les pratiques des trois opérateurs mobiles est considéré comme très important par le Conseil. S'agissant de pratiques particulièrement grave, le Conseil de la concurrence a apprécié le dommage à l'économie notamment au regard de l'atteinte au bien-être du consommateur, considérable si l'on veut bien admettre que les dépenses de téléphonie mobile ont constitué depuis la fin des années 90 une part non négligeable du budget des consommateurs. Aujourd'hui, les abonnés floués peuvent tirer les conséquences de la décision du Conseil de la concurrence et réclamer une indemnisation au juge civil.

L'action de l'UFC-Que Choisir
L'UFC-Que Choisir s'est mobilisée afin que le préjudice de chaque abonné soit réparé. Ainsi, elle a saisi, le 13 octobre 2006, le Tribunal de commerce de Paris d'une demande en réparation du préjudice à l'intérêt collectif. Plus de 12 000 consommateurs l'ont accompagnée pour être eux aussi indemnisés. Aujourd'hui, elle met à disposition un calculateur permettant aux abonnés d'évaluer la somme trop perçue par les opérateurs du fait de l'entente sur la période 2000/2002.